Débutants, débutantes ?

Inscrivez-vous aux sessions JCPMF "Je Cours pour ma Forme" avec la Régie des Sports -Infos Régie des Sports hall des Sports communal place Roi Baudouin Ciney - tf contact 083 750113 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Des liens intéressants : Challenge Delhalle - Challenge Condrusien - Go Running - Athlete du Web - Jogging.org -


Il faut s’entraîner dur pour progresser !! 

C’est vrai ! Mais en respectant un certain équilibre.Il ne faut absolument pas se mettre dans le rouge lors de chaque entraînement. Photo : Christian B ... illustration de cet article tout comme celui qui vous parle ...

Cette réflexion me vient à l’esprit car je constate des dérives lors de nos entraînements en club. Plus précisément lors des entraînements « faciles » comme ceux que nous avons réalisé pendant 3 semaines avec alternance de course et d’éducatifs de course et ceux du cycle que nous venons de commencer axés plus sur le volume que sur la vitesse de course

Je constate que certains ne respectent pas les chronos demandés, voire changent de groupe pour pouvoir aller plus vite. Ce n’est certainement pas bénéfique, ni pour ces coureurs, ni pour les autres coureurs du même groupe. Chaque entraînement est orienté vers un but spécifique (volume, récupération, vitesse) qui n’est donc pas atteint si l’on ne respecte pas les consignes. Les conséquences de ce type de comportement sont même multiples :

* Risque de surcharge et donc de blessure

* Frustration pour les athlètes qui essaient de respecter les chronos

* Mise à mal de la cohésion du groupe

* Athlètes répartis sur pratiquement tout le tour de piste avec les inconvénients que cela comporte

* ….

La course est une drogue, j’en conviens. Qui n’a pas ressenti ce besoin de toujours s’entrainer plus longtemps et plus vite ? On recherche tous les moyens permettant de se perfectionner, de s’améliorer. Toutefois, notre corps a besoin de récupérer, de se réparer de tous les traumatismes que nous lui imposons lors de nos entraînements. Si nous ne lui fournissons pas cette possibilité, il va s’ensuivre à terme un plafonnement de nos performances et une sensation de fatigue accrue. Nous sommes alors beaucoup plus sensibles aux blessures et aux maladies. Contrairement aux idées reçues, le repos ne va pas diminuer notre niveau, ni nous faire ‘perdre du temps’. Au contraire, il va nous permettre de progresser selon le vieil adage ‘reculer pour mieux sauter’.

Cela s’explique par un phénomène appelé la surcompensation. Ce phénomène est provoqué par la sollicitation de son corps lors entrainement intensifs suivi par une période de récupération active. Pendant cette récupération, le corps se répare et se prépare à la sollicitation suivante. C’est ce qui permet d’augmenter son niveau en évitant le surentraînement. Cette récupération doit se retrouver dans différents cycles :

* Le cycle journalier avec un temps de sommeil suffisant

* Le cycle hebdomadaire où l’on évite 2 entraînements intensifs consécutifs et en s’octroyant un jour de repos

* Le cycle mensuel avec une semaine de récupération active après 3 semaines de travail intensif

On veillera également à programmer deux périodes de 3 à 4 semaines de récupération active en fin de saison (début automne et début printemps). Il faut les programmer avant d’être fatigué et les accompagner par une cure de vitamines. La récupération active est caractérisée par une diminution du volume d’entrainement tout en maintenant les entraînements de qualité mais avec moins de répétitions.

1 jour de « repos actif/entraînement » par km de compétition intensive avant toute nouvelle compétition. En suivant cette devise, vous éviterez bien des blessures.

Alors, convaincu ?

 

Libres de courir !

Voyez le film "Free to Run" 

 "Hello les amies et amis,  La plupart d’entre vous n’ont pas connu cette époque où il fallait quasi se » battre »pour pouvoir courir librement.En 1966,nous étions 15 au départ du semi-marathon d’Arville…et c’était un succès !Chaque semaine maintenant,dès la reprise des allures libres(ce 22 janvier en Gaume,mais aussi ce 8 janvier à Suxy et le 15 janvier pour la course relais du »vin chaud » à Neufchâteau)ce sont de 500 à 700 sportifs et sportives(quand ce n’est pas plus)qui courent pour le plaisir sur nos magnifiques sentiers. N’hésitez pas à regarder cette bande-annonce,puis enfiler votre training et lacer vos godasses. Plein de bonnes courses à toutes et tous.Bien amicalement." Christian Liégeois

LE film avance, qui dit le temps d'où nous venons, nous les coureurs. Et qui conte le combat mené pour nous affranchir de tas de contraintes aberrantes. Un exemple: interdiction de boire de l'eau durant la course avant le km 20... Sinon? disqualification! Interdiction de courir sur route hors de périodes strictement limitées... Interdiction faite aux femmes de courir plus de 3-4 km, et seulement en cross-country... Interdiction aux jeunes... interdiction aux vétérans... C'est un temps où même la quasi-totalité des médecins ignoraient les bienfaits de la course à pied... Un exemple: il y a plus de 50 ans, le Suisse Yves Jeannotat, excellent coureur sur piste (10 000 m) se présente au départ de la course Morat-Fribourg (16 km 400 sur route). Contrôle médical... "Vous avez un coeur trop gros", dit le médecin de service, qui sans doute n'avait encore jamais eu affaire à un coeur sain qui battait si lentement. Notre coureur dut, pour avoir le droit de prendre le départ, signer une "décharge", déclarant ainsi qu'il allait courir sous sa seule responsabilité...Moins d'une heure plus tard, il remportait la fameuse épreuve. Tous ces "forbidden", ces "streng verboten", etc. faisaient de notre course un plaisir plein d'interdits, de chicanes. En haut lieu, et dans le monde entier, on avait décidé que la course à pied était belle seulement quand elle produisait des performances et des médailles.

Nous fûmes alors quelques-uns, très très rares, à ne pas accepter les diktats, à nous rebeller, à combattre s'il le fallait, pour défendre notre idée de la course en liberté. Ce que nous voulions, surtout, c'était courir par plaisir, et partager ce plaisir. Bref, courir pour se faire du bon sang, avec ou sans performance à la clé...

C'est ce que raconte ce film. Notre combat, victorieux, pour avoir le droit de courir en toute liberté, c'est-à-dire où et quand nous aimions le faire Voici ce qu'ils appellent un trailer, sorte de bande-annonce destinée aux producteurs.

Qu'on se le dise! Mieux: ... Courez-y! LIBRES DE COURIR

Sabine Froment et Cheila Olix lauréates du Delhalle 2015


Remise des prix du Challenge Delhalle ce samedi à Amay. Victoire féminine au scratch de Sabine F et podium master pour Cheila O. Félicitations à elles deux !

Une nouveau bureau présidé par Alain Antoine du RC Namur s'est mis en place. Merci à Marc Hansenne et Henri Heinen pour leur travail durant 10 ans.

Résultats complets ici ...

Agenda running / jogging

30
Sep
  Ce samedi, je vous propose d'aborder les techniques à appliquer en descente Nous...

11
Nov
https://www.agimont.net/affiche-2017/